Titre original
Date de sortie
Durée
Genres

Saving Private Ryan
30 Septembre 1998
168min (2h48)
Guerre, Drame

Entrées France
Budget
Recettes

4 143 325
$70 Millions
$481 Millions

Sujet
La reconnaissance de la patrie.

Concept
Et si une escouade devait retrouver un soldat au milieu du débarquement de la Seconde Guerre mondiale.

Prémisse
Après le débarquement de Normandie, un groupe de soldats américains se rend derrière les lignes ennemies pour récupérer un parachutiste dont les frères ont été tués au combat.

Thèmes
Courage, Guerre, Devoir.

Message
Le sacrifice des soldats ne doit pas rester vain.

Structure en 3 actesen savoir plus

Acte 1 : Exposition

Accroche

04MIN – 02%

Débarquement en Normandie de l’unité du capitaine John H. Miller (Tom Hanks), parmi les troupes alliées.

ÉLÉMENT PERTURBATEUR

28MIN – 17%

En rédigeant une lettre de décès, une dactylo s’aperçoit que trois des quatre frères Ryan sont déjà morts au combat.

Élément déclencheur

32MIN – 19%

Le général Marshall est mis au courant de la situation. Il ordonne de retrouver le dernier des frères Ryan pour le ramener sain et sauf aux États-Unis.

Pivot 1

37min – 22%

John reçoit l’ordre du général par l’intermédiaire du lieutenant-colonel Anderson posté en France. Pour mener cette mission spéciale, John doit sélectionner ses meilleurs soldats.

Acte 2 : Confrontation

Noeud Dramatique 1

51min – 30%

En voulant aider une petite fille, le soldat Caparzo (Vin Diesel) est mortellement blessé par une balle de sniper.

Pivot Central

80MIN – 48%

John rencontre un soldat qui connaît James Francis Ryan (Matt Damon).
Il lui révèle sa dernière position connue : le village de Ramelle.

Noeud Dramatique 2

88MIN – 52%

En allant vers Ramelle, l’unité fait face à une station radar fortifiée. En attaquant la position allemande, le soldat Wade meurt de multiples blessures par balles.

Pivot 2

107MIN – 64%

L’escouade trouve enfin James Ryan à Ramelle, mais il refuse de les suivre.
John décide d’aider Ryan à protéger le pont jusqu’à l’arrivée de la relève.

Acte 3 : Résolution

Climax

132MIN – 79%

Les soldats tendent une embuscade aux chars allemands. À l’aide de bombes collantes confectionnées à partir de chaussettes, ils immobilisent les blindés en détruisant leurs chenilles.

Dénouement

153MIN – 91%

L’aviation vient à la rescousse des soldats en bombardant les blindés. James Ryan s’en sort indemne, mais John meurt de ses blessures.

Boussole narrativeen savoir plus

1. Vous

Vie Ordinaire

John H. Miller débarque en Normandie à la tête d’une unité de soldat.

Les combats sur la plage représentent la vie ordinaire des soldats. Ils permettent de créer une empathie avec les soldats face à l’horreur de la guerre.

5. Trouver

Révélation

John rencontre un soldat qui connaît James Francis Ryan.

Il lui révèle sa dernière position connue : le village de Ramelle.

2. Besoin

Appel de l’aventure

John a pour nouvel objectif de trouver le soldat Ryan pour le ramener en Amérique.

6. Prendre

Conséquences

Sur le chemin de Ramelle, le soldat Wade meurt lors d’une d’attaque d’un radar fortifié.

3. Partir

Départ vers l’inconnu

John rassemble les meilleurs soldats de son unité pour partir à la recherche du soldat Ryan.

7. Revenir

Retour au connu

L’unité trouve le soldat Ryan, mais il refuse d’abandonner son poste, car sa mission est cruciale.

John décide alors d’aider Ryan à sécuriser le pont et de combattre les Allemands (retour à « la vie ordinaire »).

4. Chercher

Adaptation à l’inconnu

La recherche du soldat Ryan est difficile et la compagnie fait des erreurs.
Ils se trompent de Ryan et un membre de l’escouade (Caparzo) se fait abattre par un sniper.

8. Changer

Transformation

John a réussi à protéger le dernier des Ryan. Blessé par balle dans le combat, il finira par mourir de ses blessures.

Le caporal Timothy Upham qui avait fui les combats depuis le début, fait prisonnier un groupe de soldat allemand. Il abat ensuite un prisonnier de sang-froid.

La structure en 3 actes du film “il faut sauver le soldat Ryan” n’est pas très conventionnelle. Le rythme des éléments narratifs se révèle assez inégal, passant par exemple d’une longue séquence d’introduction à d’autres, beaucoup plus courtes.

L’élément perturbateur qui intervient à 17% au lieu des 5% habituel en est l’élément le plus flagrant. La (trop?) longue séquence d’ouverture sur la plage de Normandie retarde le début de la vraie histoire du film. Il en résulte pour le spectateur une fatigue mentale dès le début du film, rendant plus palpable la réalité de la guerre. Ce choix impose le ton du film.

Par conséquent, les deux pivots et les deux noeuds dramatiques s’en retrouvent avancées dans l’histoire. John n’a pas vraiment le temps d’appréhender sa nouvelle mission, qu’il doit déjà partir. Tout s’enchaîne rapidement pour se retrouver dans un acte 3 plus classique. Au final, l’accent du film sera plutôt placé sur les combats plutôt que la recherche du soldat Ryan.

Pour le voyage du héros, John partage l’affiche avec le caporal Timothy Upham. Si c’est bien John le héros du film, Timothy sera la personne à qui le spectateur pourra s’identifier. Il évoluera tout au long de l’histoire. Au début, lâche et non combatif, à la fin, il fera prisonnier un groupe de soldat allemand et tuera de sang-froid l’un d’en eux. On se souviendra de la scène où il n’intervient pas dans le combat entre le soldat allemand et le soldat Mellish qui finira poignardé.

La phrase de John Miller “mérites-le”, qu’il prononce juste avant de mourir, n’est pas uniquement destiné à James Ryan. En effet, c’est bien le spectateur qui est le vrai destinataire de ce message de fin. James Ryan joue ici le rôle d’un intermédiaire, pour que le sacrifice de ces soldats n’ait pas été fait en vain.

Même si ce film reste une propagande pour l’armée américaine, il n’en est pas moins un film de référence pour les films de guerre. La scène d’introduction mythique sera même reprise dans un jeu vidéo (Medal of Honor).

À noter que le débarquement vu dans le film n’a pas été aussi catastrophique sur toutes les plages du débarquement. À cause d’erreurs et de précipitations, Omaha Beach a été un des fiascos du débarquement, là où le film le montre habilement comme un acte de bravoure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *